For the 2014 Toronto Berks Conference site, click here!

// you’re reading...

Calls for Papers

Initial Announcement: 2014 Berkshire Conference on Women’s History Themes

Histories on the Edge/Histoires sur la brèche

University of Toronto: May 22-25, 2014

Proposals due Jan 15, 2013

For the first time in its history, the Berkshire Conference on Women’s History (also known as the “Big Berks”) will be held outside of the United States, at the University of Toronto, on May 22-25, 2014. The major theme of the conference is Histories on the Edge/Histoires sur la brèche.

Our theme reflects the growing internationalization of this triennial conference. It recognizes the precariousness of a world in which the edged-out millions demand transformation, as well as the intellectual edges scholars have crossed, re-created, and worked to bridge in the academy and outside of it. We invite all modes of critical thinking and work that represents a wide range of historical methodologies. In addition to established historical approaches and sources, we seek sessions using other evidence, such as visual and material artifacts, sonic objects, oral traditions, and affective archives. We encourage methodological risk-taking and hope for a mix of established and newer approaches. We especially invite conversations across centuries, cultures, locales, and generations. We welcome media panels that bridge historical and contemporary work related to art, image, film, and other types of cultural production and cultural institutions.

The conference in Canada prompts conceptual, historical and analytic engagement with critical edges – sharpening, unsettling, de-centring, decolonizing histories in a global context. Edges are spatial: impenetrable borders, stifling boundaries or protective borders and spaces of smooth entry. Edges evoke the creative and the avant-garde. Entangled in the idea of edges are rough encounters, jagged conflicts as well as intimate exchanges. It speaks to the alternative spaces the “edged-out” have carved for themselves and to efforts made to create a common ground, or commons, on which to make oppositional histories.

As a nation-state shaped by imperialist histories and its own colonial dynamics, past and present, Canada itself sits on the edge of a powerful if, perhaps, waning American empire. Like other white settler societies, it is a colonial state that has operated through dispossessing First Nations peoples, guarding the edges of white citizenship, and endorsing patriarchal models of assimilation; yet, this history unfolds and is resisted in myriad ways. Its historical trajectory, on the edges of empire, includes colonization first by the French with the resulting ongoing Francophone presence, and later the British. Its distinctive features include socialized medicine, same-sex marriage, and official but contested multiculturalism. On Anishinabe land, Toronto, a creative, cosmopolitan, and contested city, is both “home” and “elsewhere” for many of its diasporic residents. What better place to consider edges as sites of hope, excitement, and possibility but also of danger, displacement, struggle, and exile?

Histories on the Edge/Histoires sur la brèche invites contributions from the edges because change so often emerges from such sites, however slowly, painfully or partially. Many scholars who write about the “edged-out” seek to talk back to the powerful or challenge the empowered by listening to others. This conference is interested in de-centring US scholarly dominance by inviting histories of the Caribbean and Latin America, Asia and the Pacific, Africa and the Middle East, and Indigenous, francophone and diasporic cultures around the world. We welcome papers that destabilize the white, able-bodied, liberal citizen subject through focus on bodies and objects on edges of all kinds. The theme also invites work that queers gender and sexual binaries. How can we historicize emergent, residual, and ongoing gender constructs such as ‘masculine’ and ‘feminine’ as well as gender performances, sexual practices, and social identifications that challenge binary modes of gender and sexuality?

Our theme encourages critical reflection on how gender, as analytic category, material embodiment, cultural resource, or signifying system works in many ways. Gender has its many ragged edges: where private and public spheres have been defined and redefined; where class, gender, race, ethnicity, nation, kinship, sexuality, and ability/disability have interacted; where masculinities and femininities have been constructed, reconstructed, and deconstructed. So, too, is gender on the edge of debate: a term in need of scrutiny to expose its uses, contradictions, strengths, and weaknesses. The theme respects feminist theory and praxis as a critical stance in need of constant interrogation. Western forms of feminism, for instance, have long faced challenges from in and outside its borders. We invite work on non-western and other feminisms and scrutiny of feminisms within the context of historically shifting global power relations and international alignments. The conference seeks to operate at the edges by engaging anti-racist, anti-colonial, and other critiques. It provocatively asks if “mainstream” feminism can reinvigorate its critical edge. Should we, as scholars, however we are positioned, seek to destabilize the centre and authorize the margin? Or sharpen our critique in a world that, now, as so often in the past, stands seemingly on the brink?

Please submit proposals to one of the 2014 subthemes (and note a second choice):

Borders, Encounters, Conflict Zones, and Memory

Empires, Nations, and the Commons

Law, Family, Courts, Criminality, and Prisons

Bodies, Health, Medical Technologies, and Science

Indigenous Histories and Indigenous Worlds

Caribbean, Latin America, and Afro/Francophone Worlds

Asia, Transnational Circuits, and Global Diasporas

Economies, Environments, Labour, and Consumption

Sexualities, Genders/LGBTIQ2, and Intimacies

Politics, Religion/Beliefs, and Global Feminisms

*A detailed Call for Papers will follow; the logistics of inviting global speakers explains early due date.

For questions, write: bcwh@utsc.utoronto.ca or visit the Berks website at http://berksconference.org

***

PREMIÈRE ANNONCE des thèmes de la «Berkshire Conference on Women’s History»

Histories on the Edge/Histoires sur la brèche

Université de Toronto: du 22 au 25 mai 2014 Envoi des propositions : avant le 15 janvier 2013

Pour la première fois de son histoire, la «Berkshire Conference of Women’s History» (désignée ci-après comme «Big Berks») se tiendra à l’extérieur des États-Unis, à l’Université de Toronto, du 22 au 25 mai 2014. Le thème central de la Big Berks de Toronto est Histories on the Edge/Histoires sur la brèche.

Notre thème illustre l’internationalisation croissante de ce congrès triennal. Il reconnaît également la précarité d’un monde où des millions de personnes marginalisées exigent des changements et où des intellectuelles et des intellectuels innovateurs créent des brèches, repoussent les limites et tissent des liens à l’intérieur comme à l’extérieur du monde universitaire. Nous espérons recevoir des propositions issues de tous les modes de réflexion critique et représentatives d’une vaste gamme de méthodologies. En plus des approches et des sources historiques usuelles, nous vous invitons à soumettre des présentations basées sur d’autres assises, notamment les artéfacts visuels et matériels, les objets sonores, les traditions orales et les archives affectives. Nous encourageons en effet la prise de risques sur le plan méthodologique et espérons présenter une brochette de pratiques établies et de nouvelles approches. Un appel tout particulier est lancé aux spécialistes dont les analyses traversent les siècles, les cultures, les lieux et les générations. Ainsi, nous souhaitons recevoir des propositions de panels sur les médias établissant des liens entre travaux historiques et contemporains (touchant à l’art, l’image, le film et d’autres types de productions et d’institutions culturelles).

La Big Berks de Toronto entend susciter un engagement conceptuel, historique et analytique afin de multiplier les brèches conceptuelles, en affinant, déstabilisant, décentrant et décolonisant les histoires dans un contexte d’envergure mondiale. Les brèches envisagées pour le congrès ont d’abord un caractère spatial: il s’agit de débattre de frontières impénétrables, d’entraves étouffantes ou enveloppes protectrices, et de points d’entrée fluides. Évoquant la créativité et l’avant-garde, le concept de brèche suggère en outre un enchevêtrement de confrontations brutales, de conflits déchirants mais aussi d’échanges intimes. Il évoque les espaces alternatifs que se sont construits les personnes et populations «marginalisées» ainsi que les efforts déployés pour créer un espace commun où bâtir des histoires à caractère oppositionnel.

État-nation façonné par des récits historiques impérialistes et sa propre dynamique colonialiste, aujourd’hui comme hier, le Canada est lui-même en marge d’un empire américain très puissant, bien que peut-être en déclin. Comme d’autres sociétés investies par les Blancs, c’est un État colonial fondé sur la dépossession de Premières nations, sur une citoyenneté blanche aux marges policées et sur l’imposition de modèles patriarcaux d’assimilation. Son histoire s’est néanmoins déployée de façon très diverse selon le temps et l’espace et en suscitant une myriade de résistances. Vécue sur les marges de trois empires, la trajectoire historique du Canada comprend une première colonisation française, toujours vivante dans la présence francophone au pays, puis celle des Britanniques. Les signes distinctifs du pays comprennent aujourd’hui un système de santé public, le droit au mariage entre personnes de même sexe et un multiculturalisme officiel, même si contesté. La ville de Toronto, située en territoire Anishinabe, est un lieu créatif, cosmopolite et un foyer de contestation, qui est à la fois un «chez-soi» et un «ailleurs» pour bon nombre de ses résidentes et résidents. Quel meilleur endroit où examiner marges et brèches comme porteuses d’espoir, d’enthousiasme et de possibles, mais également de danger, de déplacement, de lutte et d’exil?

Histories on the Edge/Histoires sur la brèche encourage la soumission de communications issues des réalités marginales, car elles sont souvent les moteurs de changements, aussi lents, douloureux ou partiels soient-ils. Nombre de spécialistes ripostent aux puissants en s’intéressant aux groupes marginalisés et en les écoutant. Le congrès entend atténuer la domination des États-Unis dans les cercles universitaires en faisant place aux histoires des Caraïbes et de l’Amérique latine, de l’Asie et du Pacifique, de l’Afrique et du Moyen-Orient, ainsi qu’aux cultures indigènes, francophones et à celles des diasporas du monde entier. Nous faisons appel aux présentations qui déstabilisent le sujet blanc, libéral et bien portant pour faire place à des corps et à des objets qui font brèche d’une manière ou d’une autre. Avec ce thème des Histoires sur la brèche, nous invitons également les travaux qui soumettent à l’épreuve du queer les binarités de genre et de sexe. Comment historiciser l’émergence, les traces ou la persistance de constructions sociales de genre comme le «masculin» et le «féminin», ainsi que la performativité du genre, les pratiques sexuelles et les identifications sociales qui contestent les modes binaires du genre et de la sexualité?

Notre thème incite à la réflexion critique sur les nombreux modes d’opération du genre, en tant que catégorie analytique, manifestation matérielle, ressource culturelle ou système de signifiants. Le genre présente aussi son lot de brèches irrégulières: là où les sphères privées et publiques ont été définies et redéfinies; là où la classe, le genre, la race, l’ethnicité, la nation, la parenté, la sexualité et les in/capacités ont interagi; là où les masculinités et les féminités ont été construites, reconstruites et déconstruites. Le genre comme concept sera donc lui aussi sur la brèche: il faut le débattre et le passer au crible pour en exposer les usages, les contradictions, les atouts et les limites.

Ce thème central de la brèche tient compte de la théorie et de la praxis féministes qui favorisent des questionnements constants. Les formes du féminisme occidental, par exemple, sont depuis longtemps contestées, de l’intérieur comme de l’extérieur. Nous sommes en quête de travaux sur les féminismes non occidentaux et autres, et invitons à l’étude des féminismes dans le contexte sans cesse mouvant des rapports de pouvoir et des alignements internationaux. Ce congrès veut explorer des marges et des brèches en s’ouvrant aux critiques antiracistes, anticolonialistes et autres. Il interroge la possibilité d’une revitalisation de l’esprit critique du féminisme mainstream. Devrions-nous, comme universitaires et quelle que soit notre position, chercher à ébranler le centre au profit de la marge? Affûter nos critiques d’un monde qui, aujourd’hui comme si souvent dans le passé, semble être au bord du gouffre?

Veuillez soumettre vos propositions en les rattachant à l’un ou l’autre des sous-thèmes suivants (et en indiquant un second choix):

Frontières, rencontres, zones de conflit et mémoire

Empires, pays et bien commun

Droit, famille, tribunaux, criminalité et prisons

Corps, santé, technologies médicales et sciences

Histoires indigènes et mondes indigènes

Caraïbes, Amérique latine et mondes afro/francophones

Asie, circuits transnationaux et diasporas mondiales

Économies, environnements, travail et consommation

Sexualités, genres/LGBTIQ2 et intimités

Politiques, religion/croyances et féminismes mondiaux

*Un appel à communications plus détaillé suivra; les contraintes logistiques liées à l’invitation de conférencières internationales expliquent cette date d’échéance précoce. Pour toute question, écrire à bcwh@utsc.utoronto.ca ou visiter le site du congrès: http://berksconference.org